Parcours aux Jardins...

"Il est  normal de choisir une agriculture bio étant donné que nous travaillons sur la recherche d'un équilibre pour les personnes que nous accueillons"
L'association a fait le choix d'accompagner ses salariés dans leur parcours d'insertion en leur proposant un travail de maraîchage biologique.
Ce type d’activité possède des vertus équilibrantes autant sur le plan psychologique que physique.
C’est une étape pour se reconstruire et retrouver des repères.



Travailler la terre c'est :

  1. Retrouver un rythme de travail régulier
  2. Structurer son temps
  3. Avoir une activité physique et de plein air
  4. Être en contact avec la nature, le cycle des cultures et des saisons
  5. Avoir une activité concrète et diversifiée
  6. Récolter les fruits de son travail
  7. Prendre soin et préserver la diversité

« Par le biais de ce travail j’arrive enfin à m’épanouir… »
C’est ce que Anne, souligne lorsqu’elle parle de son expérience au jardin.

Les Jardins de Cocagne sont, pour beaucoup de jardiniers, un lieu pour créer des liens, travailler dans la convivialité, reprendre confiance et se sentir reconnus par leur travail.

L'ITINÉRAIRE D'UN JARDINIER AU FIL DES SAISONS...
Les Jardins de Cocagne de Mâcon travaillent en partenariat avec le Pôle Emploi et sont contactés soit par un travailleur social, soit directement par les personnes qui souhaitent y travailler.
Durant le recrutement, l’association doit veiller à maintenir l’équilibre de l’équipe de travail par la diversité des profils des personnes accueillies.
L’accompagnement social et professionnel Le jardinier est un partenaire actif dans la construction de son projet qu’il élabore par étapes avec le directeur et un référent social.

UNE PRISE EN COMPTE INDIVIDUELLE, UN ACCOMPAGNEMENT COLLECTIF

  • Des entretiens individuels tout au long du contrat.
  • Un suivi par le groupe de pilotage tous les 2 mois par des assistantes sociales, un référent du PLIE, du Pôle Emploi, de la CLI , de la municipalité, du Conseil Général, d'un animateur local d’insertion.
  • Un soutien dans les démarches administratives et personnelles en partenariat avec les référents sociaux
  • Un suivi par la Commission Insertion du Jardin de Cocagne
  • Un apprentissage au quotidien des gestes et comportements propres au monde du travail :
    travailler en groupe, respecter des horaires et les consignes de travail, être autonome…

LES TEMPS D'APPRENTISSAGE ET D'INFORMATION SUR LE LIEU DE TRAVAIL

Sensibiliser à des problématiques de santé Alimentation,
Gestion du stress, des problèmes psychologiques,
Formation aux premiers secours,
Travailler sur la conciliation des temps,
Favoriser une recherche d’emploi active,
Enrichir les savoirs-faire : Atelier osier, techniques de maraîchage biologique, élaboration d’un plan de culture

LA FIN DU CONTRAT

Le départ des Jardins peut être à l’initiative du Jardinier ou de l’équipe d’encadrement, en fonction des objectifs de chaque salariés.
La sortie doit se faire au bon moment, ni de façon prématurée afin de finaliser ce qui a été engagé, ni trop tard pour des personnes qui sont prêtes à passer à une autre étape.


« L’accompagnement individualisé prend en compte la personne dans sa globalité. Il permet d’identifier les freins à l’insertion professionnelle et favorise la résolution des problématiques personnelles, de santé, de logement, d’endettement, de mobilité… »
 

PARTICIPER AU DÉVELOPPEMENT D'UN PROJET PORTEUR DE SENS :
Produire des légumes au Jardin de Cocagne est un engagement réciproque entre producteur et consommateur.
C’est aussi un engagement pour nourrir d’autres personnes de façon saine et développer une agriculture d’avenir et de qualité.

 

 

...Paroles de Jardiniers...
« Ça fait plaisir de voir grandir ce que l’on sème, pour moi c’est le travail de la nature, le travail du soleil , de la pluie.
C’est vivant, c’est magnifique et en plus on nourrit des gens »

Greg

« Ici, chacun va à son rythme. Mes appréhensions avant de venir étaient de reprendre une activité, de m’organiser.
J’ai commencé doucement et ça me relance dans la vie active »

Anne Sophie

« Ici, on ne se sent pas agressé.
J’ai fais pas mal d’autres boulots mais jamais je n’ai eu envie de venir travailler comme ça.
C'est l’ambiance et le travail qui me motive, ça me remonte le moral. Je n’avais jamais connu ça avant. »

Jean-Luc

« Travailler demande une préparation, une organisation de son temps pour être disponible à une tâche, aux adhérents, aux autres.
Etre disposé pour être disponible, c’ est un travail qui va au-delà du lieu de travail. »

Egidio

« Avant j’étais dans la vente et je ne m’attendais pas du tout à ce que ce travail me plaise autant. J’adore ça,, ça me relaxe et puis c’est physique. J’ai toujours bien aimé la nature et je vais essayer maintenant de travailler en saisonnier, de faire du jardinage, des cueillettes »

Audrey

...Paroles de Maraîchers Encadrants...
" Il n’y a pas forcément beaucoup de vocations crées aux Jardins de Cocagne mais des personnes qui une fois sorties des jardins sont capables d’affirmer leur choix"

 

Sébastien

« Le maraîchage bio c’est quelque chose que je fais par passion.
C’est un travail physique et quelque part c’est une thérapie : Apprendre à se connaître, se connaître dans son corps et adapter son rythme, dépasser aussi parfois ses limites.
C’est tellement complet et puis c’est un très bon outil car c’est magnifique de voir que l’on commence de la graine et que l’on va aller jusqu’au fruit »

Daniel

 

 

 

 

 

 

 

Portrait d'un Maraîcher encadrant
« on est avant tout encadrant après on fait des légumes »
Thierry est arrivé au Jardin de Cocagne de Mâcon en mai 1999 alors que l’association cherchait un encadrant supplémentaire pour aider la seule maraîchère qui travaillait à cette époque avec un parcours dans le maraîchage classique en France et paysagiste en Hollande.
Travailler en agriculture biologique dans les Jardins de Cocagne l’a tout de suite motivé.
L’encadrement a été pour lui une nouvelle expérience qu’il a découvert avec passion.
"Au départ, je venais faire des légumes biologiques. Quand on me demande mon métier aujourd’hui je dis que je suis d’abord encadrant, maraîchers ensuite"
Quand j’encadre les gens, je leur parle beaucoup de l’équilibre. Je leur montre des insectes, je leur explique.:
"On peut mettre un insecte sur sa main, il ne va pas nous piquer.. "
"Les mégots de cigarettes il faut les éteindre, on les met dans sa poche et on va les mettre dans la poubelle, un papier on ne le jette pas par terre."
Des petites choses que l’on essaime comme ça... et qu’ils vont pouvoir appliquer ensuite enfin j’espère, chez eux, ou quand ils se baladeront.
En travaillant ici, chacun est obligé de changer son rythme de vie, de se nourrir correctement et de s’adapter.
On est obligé sinon le corps ne suit pas.
Le plus d’un Jardin de Cocagne est aussi de donner un cadre de travail agréable et calme. On est dehors, on travaille sur des choses qui sont cycliques, qui ont un début et une fin et cela reste à proportion humaine.

Comment se passe le travail au quotidien avec les jardiniers ?

Concernant les horaires des jardinières et jardiniers, je m’arrange toujours pour accorder la vie personnelle par rapport au travail.
Par exemple, pour les mères de famille, je m’arrange toujours pour qu’elles aient le mercredi ou une semaine au mois de septembre.
Quelqu’un qui s’y retrouve dans sa vie privée, va pouvoir être à 100% dans son travail.
Par contre, il faut être souple dans l’aménagement des horaires mais être strict dans le respect de ces horaires. Prendre des bonnes habitudes.

C’est un point très important...

Les gens se retrouvent dans une équipe qui leur est agréable... il y a bien sûr des hauts et des bas, mais beaucoup de gens qui étaient arrivés ici assez « cassé », repartent mieux.
On essaye également, d’accorder les personnes ensemble, d’avoir des rapports clairs entre tous et de parler des problèmes.
C’est pour ça que l’on fait des réunions tous les lundi matins. Entre nous c’est la même chose, on doit vraiment veiller à ce qu’il y ait toujours un esprit d’équipe, de clarté entre nous tous , que les choses soient dites.
Les postes d’encadrant maraîcher sont différents et c’est vraiment un équilibre qu’il y a entre nous.

Et concernant les parcours de chacun au jardin... ?

C’est très variable en fonction de chaque personnes.
Il y a ceux qui viennent vraiment ici pour découvrir la bio. Ces gens repartent, je crois, avec une bonne expérience, ils ont vu vraiment des choses intéressantes. Il y a d’autres personnes qui sont incitées à reprendre une activité et pour qui les Jardins vont constituer surtout une remise au travail pour une période de 6 mois
Il y a une autre catégorie de personnes qui arrivent là vraiment pas bien, et je pense que c’est avec ces gens là que l’on a vraiment des bons résultats.
Même s’ils ne retrouvent pas du travail après, il y a quand même une grosse évolution personnelle.
… J’ai connu une personne qui avait vraiment de gros problèmes quand elle est arrivée. Elle a du rester un an et demi. Elle est partie vraiment de très bas et maintenant elle est en contrat CDI.
Le fait de retrouver un travail stable ne veut pas dire les personnes sont sorties de la misère, mais c’est déjà très important.
Beaucoup de personnes ici ont de gros problèmes financiers.

 

Lire la Suite : Rapport d'activité

 

Revenir à l'Accueil

 

Date de dernière mise à jour : jeudi, 01 Juin 2017

©Les Jardins de Cocagne 636 chemin de l'aérodrôme - 71000 Mâcon  - Tél. : 03.85.22.05.91

Email :jdcmacon@wanadoo.fr - direction.jdcmacon@orange.fr - adherents.jdcmacon@orange.fr

151201 bandeau logos partenaires light jpg